Benzène, Toluène, Éthyl benzène, méta, para et ortho-Xylènes (BTEX)




Les Hydrocarbures Aromatiques Monocycliques sont une famille de composés regroupant notamment le Benzène, le Toluène, l’Éthyl benzène, les ortho, méta et para-Xylènes.

Les sources potentielles

Le benzène est une substance émise naturellement par les volcans et les feux de forêts. Il est également présent dans des mélanges élaborés dans les raffineries de pétrole. Ces mélanges sont utilisés pour fabriquer les supercarburants des véhicules essence (le gazole pour moteur diesel correspond à des fractions plus lourdes ne contenant pas de benzène).

En milieu extérieur, nous sommes donc exposés au benzène émis par les gaz d’échappements (présence dans les essences et fabrication à l’intérieur des moteurs) et les réservoirs d’essence.

Le toluène, en air ambiant extérieur, est émis en grande partie par le trafic automobile. En effet, son adjonction aux supercarburants leur donne des propriétés antidétonantes qui permettent le bon fonctionnement des véhicules automobiles (amélioration de l’indice d’octane). Enfin, il peut également être dû aux industries qui le produisent ou l’utilisent. Il intervient par exemple dans la fabrication du Nylon ou de produits pharmaceutiques et cosmétiques, etc... A l’intérieur des locaux, les plus fortes concentrations se rencontrent lors de l’utilisation de produits courants (peinture, colles, encres...) dans lesquels il sert de solvant. La fumée de tabac est également source de toluène.

Les Xylènes (ortho, méta et para) ont été détectés dans l’air, les eaux de pluie, les sols, les eaux de surface, les sédiments, les eaux de boisson... A l’intérieur des locaux, ils sont émis par certains produits tels que les peintures. Dans l’industrie, ils sont utilisés comme solvants. Dans l’atmosphère extérieure, ils sont émis par les véhicules automobiles.

Les effets sur la santé

Le benzène est connu pour ses effets mutagènes et cancérigènes. Les teneurs en benzène, toluène et xylènes dans l’atmosphère urbaine sont très liées puisque ces polluants sont issus des mêmes sources.

Les effets sur l’environnement

La teneur maximale en benzène des carburants est passée de 5% à 1%, au 1er janvier 2000, réduisant ainsi les concentrations de ce polluant dans l’environnement extérieur.

Réglementation

Dans l’air ambiant extérieur, le décret N° 2010-1250 du 21 octobre 2010 définit des valeurs réglementaires pour le benzène :

  • Objectif de qualité : 2 µg/m3 en moyenne sur l’année civile.
  • Valeur limite pour la protection de la santé humaine : 5 µg/m3 en moyenne annuelle civile.

Le toluène, quant à lui, n’est pas soumis à réglementation. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) préconise cependant de ne pas dépasser les valeurs suivantes :

  • 260 µg/m3 en moyenne sur 7 jours (en ambiance de travail),
  • 1 000 µg/m3 en moyenne sur une demi-heure (seuil olfactif).

Les xylènes ne sont pas soumis à réglementation. L’OMS préconise de ne pas dépasser les valeurs suivantes :

  • 4 400 µg m3 en moyenne sur une demi-heure (seuil olfactif),
  • 4 800 µg/m3 en moyenne sur 24 heures (effets constatés sur des groupes de volontaires).

Dans l’air intérieur, le décret N° 2011-1727 du 2 décembre 2011 fixe une valeur guide pour l’air intérieur des ERP (Etablissements Recevant du Public) :

  • VGAI long terme :
    - 5 µg/m3 pour une exposition de longue durée à compter du 1er janvier 2013
    - 2 µg/m3 pour une exposition de longue durée à compter du 1er janvier 2016

Mentions légales