Historique

La loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (LAURE) a été adoptée le 19 décembre 1996 par le parlement français. Aujourd’hui intégrée au Code de l’Environnement, cette loi s’appuie sur :

  • Le droit reconnu à chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé.
  • Le droit à l’information sur la qualité de l’air et ses effets sur la santé et l’environnement

Ses conséquences immédiates

  • Au 1er janvier 1997, toutes les agglomérations de plus de 250 000 habitants (aucune à La Réunion) doivent mettre en place un dispositif de surveillance.
  • Au 1er janvier 1998, toutes les agglomérations de plus de 100 000 habitants (Saint-Denis en 1998 puis Saint-Pierre en 2002 dans notre île) doivent mettre en place un dispositif de surveillance.
  • Au 1er janvier 2000, l’ensemble du territoire national doit être couvert.

C’est donc cette obligation de surveillance de la qualité de l’air à Saint-Denis qui a provoqué, en 1998, la création d’une association agréée de surveillance de la qualité de l’air à La Réunion : l’Observatoire Réunionnais de l’Air (ORA).

Lors de l’assemblée générale de juin 2017, L’ORA change de nom pour devenir Atmo Réunion.

A savoir

Les premières stations de surveillance de la qualité de l’air de l’Ile de La Réunion ont été installées par EDF au Port, à La Possession et à Saint-Paul dans le cadre de l’autosurveillance des installations classées. Elles sont alors gérées par EDF chargé de surveiller les retombées atmosphériques de la centrale du Port. Les 4 stations seront ensuite cédées à l’ORA dès sa création en 1998.
Depuis notre création, nous avons continué de développer notre réseau de station de surveillance afin de répondre aux réglementations européennes, nationales et aux problématiques locale.