La pollution atmosphérique


Chaque jour, les besoins en air d’une seule personne varient de 10 000 à 20 000 litres en fonction de la physiologie, de l’activité pratiquée, etc.

Un adulte au repos a besoin de 6 litres d’air par minute. Durant un effort, pour monter des escaliers par exemple, il lui faudra 30 à 40 litres par minute.

Pour marcher, un enfant a besoin de 10 à 12 litres par minute. En revanche, s’il fait du vélo en côte, il aura besoin de 25 à 70 litres par minute.

L’air pur, ça n’existe pas …

L’air est un mélange gazeux : 78 % d’azote, 21 % d’oxygène, 1 % de gaz rare (argon), du dioxyde de carbone, des gaz polluants.
Il contient également des particules liquides (vapeur d’eau) et des particules solides (poussières d’origine organique, minérale…)

Les principales sources de pollution atmosphérique

Il existe une « pollution naturelle ». Les poussières, par exemple, sont naturellement présentes dans l’air ambiant. L’ozone, ainsi que le dioxyde de carbone entre également dans la composition naturelle de l’air.
La pollution atmosphérique, au sens où nous l’entendons couramment, est principalement due quant à elle aux activités humaines. On parle alors de sources anthropiques de pollution.

Les principales sources d’émissions de polluants sont :

  • Les sources mobiles : transport routier, ferroviaire et aérien.
  • Les sources fixes : incinération des déchets, utilisation et stockage de combustibles, industries, chauffages, etc.
  • Les sources agricoles : pesticides, ammoniac, méthane...

La Loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie

Promulguée le 30 décembre 1996, cette loi stipule que l’Etat doit assurer, en collaboration avec les collectivités locales :

  • la surveillance de la qualité de l’air
  • l’évaluation de ses effets sur la santé et l’environnement pour mettre en œuvre le « ...droit reconnu à chacun à respirer un air qui ne nuise pas à sa santé... »

Elle définit les missions des associations agréées de surveillance de qualité de l’air (AASQA), dont l’ORA. Ces missions concernent la surveillance de l’air ambiant extérieur ou dans certains locaux publics.

Pour la surveillance de l’air intérieur, l’Observatoire de la qualité de l’Air intérieur a été mis en place le 10 juillet 2001. Il est chargé de collecter des données sur les polluants de l’air dans différents lieux de vie essentiellement privés.

Mentions légales