Le dispositif de surveillance

Le dispositif de surveillance la qualité de l’air

La surveillance réglementaire est menée selon un découpage territorial en zones à risques (ZAR) qui sont des zones présentant un risque spécifique et relativement homogène pour la qualité de l’air conformément à l’article 5 de l’arrêté du 19 avril 2017.
Pour La Réunion, 3 zones sont retenues dans l’arrêté du 26 décembre 2016 relatif au découpage des régions en zones administratives de surveillance de la qualité de l’air ambiant :
- Zone à Risque Urbaine (ZARU) : unités urbaines entre 50 000 et 250 000 habitants
- Zone à Risque Volcanique (ZARV) : zone influencée par les retombées du panache volcanique lors d’éruptions
- Zone Régionale (ZR) : zone couvrant le reste du territoire

Un dispositif de surveillance 24h/24, 7j/7.

Un réseau de stations fixes ou mobiles et des techniques de pointe.


Réseau de surveillance Atmo Réunion 2020



Le réseau de station fixe de Atmo Réunion

17 stations fixes de surveillance de la qualité de l’air, soit plus de 50 analyseurs automatiques, sont installées à La Réunion suivant un emplacement défini par des critères nationaux.

Le réseau de stations fixes

  • Stations urbaines : Représentatives de l’air respiré par la majorité des habitants de l’agglomération. Placées en ville, hors de l’influence immédiate et directe d’une voie de circulation ou d’une installation industrielle.
  • Stations périurbaines : Représentatives de l’exposition maximale à la pollution “secondaire” en zone habitée, sous l’influence directe d’une agglomération.
  • Stations industrielles : Représentatives de l’exposition maximale sur les zones soumises directement à une pollution d’origine industrielle.
  • Stations trafic : Représentatives de l’exposition maximale sur les zones soumises à une forte circulation urbaine ou routière.
  • Stations d’observation : utiles à la compréhension d’un phénomène particulier en l’occurrence les immissions du Piton de la Fournaise.

Le réseau de stations mobiles

Pour réaliser des études ponctuelles en tout point du territoire régional, Atmo Réunion est équipé d’un laboratoire mobile et de 6 stations mobiles qui analysent un grand nombre de polluants et les paramètres météorologiques.

Une centrale informatique de collecte des données

Chaque station transmet, via une station d’acquisition, ses informations au poste central grâce au réseau téléphonique.

La validation des données

L’objectif premier de la validation des données est de garantir la qualité des informations diffusées.

La validation des données brutes (en sortie d’appareil de mesure) permet de fournir des données validées, exploitables pour toute utilisation ultérieure (traitement, interprétation...), tout en améliorant le suivi technique du dispositif de mesure (maintenance, intervention, gestion du matériel...).

La validation des données élaborées, postérieure à l’obtention de données validées, permet de fournir des données traitées, voire interprétées, pour diffusion ultérieure (grand public, médias, autorités, relais d’information...).
Elle peut parfois aboutir à une revalidation des données élémentaires.

Pour en savoir plus, Consulter le guide de l’ADEME sur "Les Règles et recommandations en matière de validation des données, critères d’agrégation, paramètres statistiques" (pdf, 713Ko)






Le Programme Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air 2017-2021 (PRSQA) de La Réunion}

Atmo Réunion a élaboré son programme régional de surveillance de la qualité de l’air (PRSQA) qui définit la stratégie et les modalités de mise en oeuvre de ses missions définies à l’article 3 de l’arrêté du 19 avril 2017.

Ce programme est mis à jour tous les cinq ans. Le PRSQA tient compte des orientations de l’instance délibérative d’Atmo Réunion, des conditions locales (comme les sources de pollution, la configuration géographique ou les conditions météorologiques), des résultats de la surveillance de la qualité de l’air effectuée au cours des cinq dernières années et des évolutions prévisibles du contexte local.

Le PRSQA contient :
- Une description des orientations stratégiques d’Atmo Réunion permettant a minima d’assurer ses missions
- Une présentation et une cartographie des zones administratives de surveillance
- Une présentation, pour chaque zone administrative de surveillance, du dispositif de surveillance prévu correspondant au régime de surveillance évalué par Atmo Réunion pour les polluants règlementaires. Cette présentation est accompagnée des éléments permettant de justifier du respect des dispositions del’arrêté du 19 avril 2017
- Une description des conditions locales ayant un impact sur la surveillance, notamment les sources de pollution, la configuration géographique et les conditions météorologiques du territoire justifiant un ajustement des conditions de surveillance
- Une évaluation, pour au moins les trois premières années du PRSQA, du coût du dispositif régional de surveillance de la qualité de l’air, et des moyens humains et financiers nécessaires correspondants ainsi qu’une présentation des mesures prises pour maîtriser le coût de la surveillance.
Avant approbation par son instance délibérative, Atmo Réunion communique, pour avis, son projet de PRSQA à la direction régionale chargée de l’environnement et au LCSQA, six mois avant la date d’entrée en vigueur du PRSQA. La direction régionale chargée de l’environnement et le LCSQA font part, dans un délai de deux mois, de leur avis au ministère chargé de l’environnement qui valide le PRSQA, dans un délai d’un mois, au regard de sa conformité à la réglementation en vigueur.
Au plus tard le 30 juin de chaque année, Atmo Réunion rend compte à son instance délibérative de la manière dont elle a mis en oeuvre son PRSQA au cours de l’année précédente.

Consulter Le Programme Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air 2017-2021 (PRSQA) de La Réunion (pdf, 5,3 Mo)




Les anciens programmes

Le Programme de Surveillance de la Qualité de l’Air 2005-2010 (PSQA) de La Réunion
Selon l’arrêté du 17 mars 2003 relatif aux modalités de surveillance de la qualité de l’air et à l’information du public, les organismes agréés de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) se doivent de définir un zonage de leur domaine de surveillance, d’y réaliser une évaluation préliminaire de la qualité de l’air et de décrire les méthodes de surveillance utilisées.
Dans chacune des zones définies, l’évaluation préliminaire a pour objectif, de comparer les niveaux de chaque polluant par rapport à des seuils d’évaluation définis par les directives européennes. Selon les niveaux relevés, différentes méthodes de surveillance doivent, ou peuvent, être appliquées :

  • mesure par station fixe
  • modélisation
  • et/ou estimation objective

L’ensemble de ces informations sont réunies dans un document appelé Programme de Surveillance de la Qualité de l’Air (PSQA) qui sert de référence pour la surveillance de la qualité de l’air d’un territoire et doit être remis à jour au minimum tous les 5 ans.


Le PSQA de La Réunion, réalisé dans le cadre de l’arrêté du 17 mars 2003 relatif aux modalités de surveillance de la qualité de l’air et à l’information du public, a été pour l’ORA l’occasion de faire un bilan de la période passée, d’évaluer l’efficacité des actions qui ont été menées, et de préparer de façon optimale celles à mettre en place. Véritable outil d’auto-évaluation, le PSQA fournit au travers des différentes évaluations et analyses, des éléments concrets permettant de construire la plupart des axes de la future stratégie de Atmo Réunion.

Consulter Le Programme de Surveillance de la Qualité de l’Air 2005-2010 (PSQA) de La Réunion (pdf, 1,9 Mo)


Le Programme Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air 2011-2015 (PRSQA) de La Réunion

Le PRSQA 2011-2015, un outil stratégique réglementaire adapté aux problématiques locales.

Atmo Réunion assure, en application du code de l’environnement, la mise en œuvre de la surveillance de la qualité de l’air sur l’ile de La Réunion.
Administré collégialement par des acteurs locaux, il définit à travers le PRSQA sa stratégie d’évaluation locale de la qualité de l’air réglementaire et d’intérêt collectif.

Ce programme respecte les obligations définies par l’arrêté du 21 octobre 2010 ainsi que les prescriptions des directives européennes relatives à la surveillance de la qualité de l’air, notamment les directives 2004/107/CE et 2008/50/CE. Il tient compte des conditions locales telles que les sources de pollution, la configuration géographique du territoire ou les conditions météorologiques. Il prend notamment en compte les résultats de la surveillance de la qualité de l’air effectuée au cours des cinq dernières années lorsqu’ils sont disponibles. Il indique, pour chaque zone de surveillance, les outils d’évaluation de la qualité de l’air qui seront mis en œuvre : mesures fixes, mesures indicatives, estimation objective et/ou techniques de modélisation.

Le programme est mis à jour régulièrement, et au minimum tous les cinq ans.
Ainsi, dans le cycle de gestion de l’atmosphère qui conduit de la caractérisation du milieu à la connaissance des impacts, Atmo Réunion a un rôle d’expertise, de conseil et de prospective au niveau local.

Les maillons du cycle relatifs à la connaissance de la qualité de l’atmosphère et des expositions qui en résultent sont le cœur de notre activité : « les émissions, les concentrations dans l’air, et les expositions des organismes vivants et de l’environnement ».

Les échelles de la qualité de l’air prises en considération pour leurs aspects locaux sont la proximité des sources de pollution (air extérieur et air intérieur), le fond urbain de pollution, le territoire régional (lieu d’émission, de transport et transformation de la pollution de l’air) et enfin la contribution locale et régionale aux phénomènes de dimension planétaire avec le changement climatique à travers des inventaires locaux des émissions de gaz à effet de serre.

Consulter Le Programme Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air 2011-2015 (PRSQA) de La Réunion (pdf, 5,5 Mo)